FiRST n'appelle pas à la grève le 10 mars

 

 

Le syndicat majoritaire a pris l’initiative de déposer, seul, un préavis de grève pour la journée du 10 mars. Les revendications portent sur la réforme du système ferroviaire, sa mise en œuvre et ses conséquences. FiRST s’est longuement et régulièrement exprimée sur ces sujets. Son opposition à la réforme, telle qu’elle est en train de se mettre en œuvre, n’est plus à démontrer.

A ce stade, FiRST effectue plusieurs constats :

1)      La loi sur la réforme a été votée en août 2014, malgré l’opposition de plusieurs syndicats dont FiRST, et malgré la mobilisation de nombreux cheminots engagés dans une lutte pour l’avenir de leur Entreprise et la conservation de leurs acquis. L’action, affaiblie par le soutien de certains syndicats au projet, n’a pas permis une évolution substantielle des textes.

 

2)      S’il parait difficilement concevable de relancer, dans les conditions actuelles, des actions contre un loi désormais votée, cela n’empêche pas de s’inscrire dans des démarches visant à limiter au maximum les effets de la nouvelle législation sur les conditions de travail, la rémunération, le déroulement de carrière et les acquis des cheminots,... Mais pour ce faire, une réelle unité syndicale est indispensable.

 

3)      Le syndicat majoritaire a pris, seul, une initiative sur des revendications partagées par plusieurs organisations. Il  prouve ainsi une fois de plus sa volonté de diviser les syndicats. Il ne peut ignorer qu’en procédant de la sorte, il ne crée pas les conditions de succès d’une action. Il ne peut ignorer non plus qu’une action peu suivie constitue l'alibi idéal, pour la direction, pour poursuivre voire accélérer ses réformes.

 

4)      FiRST considère, au regard de ces éléments, que les conditions de réussite d’une action n’ont délibérément pas été rassemblées. Une nouvelle fois, FiRST plaide pour le rassemblement d’un maximum de syndicats autour des causes importantes. Cela n’a pas été le cas pour le 10 mars.


Bien qu’en accord total avec les revendications affichées, FiRST manifeste un désaccord profond sur la forme de l’organisation de la journée d’action du 10 mars. FiRST estime que cette grève « carrée », telle qu’elle a été mise sur pied, pourrait se retourner contre les cheminots.

C’est pour cette raison que FiRST n’appelle pas les cheminots à la grève le 10 mars, leur laissant le choix de se potionner en leur âme et conscience sur l’opportunité et les effets d’une telle action.

FiRST réfléchit en revanche à son éventuelle participation à une action plus large début avril.

 

Vous devez être enregistré(e) pour poster un commentaire.

Flash FiRST info's
Compteur de visites
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités