Brétigny : un rapport définitif sujet à caution

 

 

accident bretigny.jpg

Le Bureau d’Enquêtes sur les Accidents de Transport Terrestre a publié, le 18 septembre, son rapport définitif sur le déraillement du train Corail qui avait fait 7 morts et 70 blessés en juin 2013. Comme dans son rapport d’étape, publié il y a plus d’un an et demi, le BEATT stigmatise à juste titre le management interne de la SNCF. Il préconise notamment d’ améliorer la politique d’affectation des cadres dans les Etablissement en charge de la maintenance et de réduire le turn-over. Des mesures, fondées sur le bon sens, que la SNCF pourrait d’ailleurs étendre aux autres services… Sur le même registre, le BEATT recommande de mettre en place des "contrôles de l’état réel d’un échantillon d’équipements ayant fait l’objet d’interventions de surveillance ou d’entretien afin d’évaluer la pertinence des règles de maintenance et la qualité de leur mise en œuvre". Jusque là, FiRST ne peut qu’approuver le fait que les procédures, souvent devenues un fin en soi, soient réexaminées en fonction des contraintes réelles imposées par les lois de la mécanique.

 

En revanche, FiRST est plus réservée sur une autre recommandation : « faire vérifier régulièrement, par des audits externes, que l’évolution de l’âge moyen des différentes composantes du reseau ferré national est conforme aux orientations prises et que les moyens alloués à l’entretien sont cohérents avec les besoins ». De prime abord, cette orientation semble pertinente, voire séduisante. Sauf que l’expérience démontre de manière implacable les limites de cette approche. En effet, deux audits externes, l’un en 2005, l’autre en 2012, avaient alerté sur l’état du réseau classique SNCF. Par deux fois, des experts indépendants avaient souligné l’insuffisance des investissements, donc des moyens alloués à la maintenance du réseau. Ces constats n’avaient guère ému un Etat indifférent, qui avait laissé RFF et SNCF se débrouiller avec les moyens du bord (cliquez ici). Brétigny n'est-il pas  l’exemple flagrant de la dégradation du réseau ?

 

Rien ne sert de multiplier les diagnostics si, au final, l’absence d’investissement et le manque de moyens restent les règles. Et cette situation, loin d’évoluer, devrait encore se dégrader avec notamment la suppression de la taxe poids lourd, l’amputation du budget de l’AFITF (ici), les ardoises que l’Etat laisse à la SNCF (). Multiplier les médecins au chevet d’un malade ne constitue pas un traitement en soi… sauf peut-être un effet placebo bien inefficace sur le réseau !

 

 

Vous devez être enregistré(e) pour poster un commentaire.

Flash FiRST info's
Compteur de visites
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Il y a 1 utilisateur en ligne
-
1 invité