SNCF : Manifestation à Paris pour le maintien des acquis

 

 

Plusieurs organisations syndicales, dont FiRST, ont manifesté hier à Paris sous l'immeuble où se déroulaient les négociations de la Convention Collective Ferroviaire. Alors que certaines confédérations syndicales pratiquent le sectarisme systématique, des militants de tous les syndicats opposés à la remise en cause du Statut des Cheminots et en particulier de leur réglementation du travail se sont rassemblés, dépassant les clivages. La manifestation a par ailleurs été rejointes par plusieurs collectifs : Nuit Debout, Jeunes, Fonctionnaires,...

DSC_0769[1].jpg

Rappel : les bases de la négociation

 

Elles sont stipulées dans le projet de "décret-socle".

Celui-ci définit 3 catégories de personnel : roulants, sédentaires affectés au transport et à l’assurance de la continuité et à la régularité du trafic, autres sédentaires. A noter que pour cette dernière catégorie, loin de représenter la minorité des cheminots, le projet de décret ne prévoit pratiquement rien en termes de durée de travail !

 

A titre d’exemple :

Pour le personnel sédentaire, les notions d’amplitude de travail et de coupure ne sont tout simplement plus reprises. Ceci permettrait à l’Entreprise de commander un salarié sur un temps relativement long entre sa première prise de service et sa fin de service (par exemple, présence au guichet en début de matinée et en fin de soirée avec longue période d’inactivité entre les deux périodes de service). Les durées journalières du travail effectif sont allongées (de 9h30 à 10h00) pour le personnel affecté au transport. Pour les autres sédentaires, elles ne sont tout simplement pas définies !

Toujours pour le personnel affecté au transport, la durée annuelle du travail du travail augmente, pouvant atteindre jusqu’à une semaine de travail supplémentaire. Le projet est muet concernant les autres sédentaires. Le nombre de repos double obligatoires (52 actuellement) passerait à 30. Le nombre de dimanches (actuellement 22 par an) serait remplacé par un notion de « week-end » samedi-dimanche ou dimanche-lundi réduit à 14 obligatoires.

Enfin, le nombre annuel de repos périodiques diminuerait, selon la catégorie à laquelle l’agent est actuellement attachée, de 10 à 21 : les RU et RQ ne figurent pas dans le projet de décret !

 

Les négociations sur la conventions collective ont débuté

La Commission Mixte paritaire nationale s’est réunie les 12 et 13 avril. D’autres réunions ont été théoriquement programmées les 26 avril, 10 mai, 19 mai, 1 et 2 juin. En dépit de toute logique et de toute cohésion, et sauf à ce que les nouvelles règles du travail aient été préétablies, les négociations sur la convention collective et sur les accords d’entreprise sont menées de front à la SNCF, alors que le décret-socle n’a toujours pas été promulgué ! A

insi, la SNCF a réuni une première fois certaines organisations syndicales dès le 24 mars, réalise des rencontres bilatérales entre le 5 et le 19 avril, et compte entrer dans le vif du sujet le 4 mai. Une première table ronde suivie de 3 autres les 11 mai, 25 mai et 7 juin.

Rappelons que le RH 0077, abrogé, cesse d’être applicable dès le 30 juin !

 

Pour FiRST, une seule revendication, toujours la même : avant, pendant et après la réforme de la SNCF : maintien intégral des acquis des cheminots !

 

 

Vous devez être enregistré(e) pour poster un commentaire.

Flash FiRST info's
Compteur de visites
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Il y a 1 utilisateur en ligne
-
1 invité